COUP DE CHAUD : A QUOI FAUT-IL S'ATTENDRE ?

Le mercure va poursuivre sa hausse en ce début de semaine. Les valeurs deviendront remarquablement élevées pour la saison avec des pointes localement à plus de 35 degrés. 

Depuis maintenant plus d'une semaine, la péninsule ibérique et le pourtour méditerranéen de la France connaissent des valeurs de températures dépassant souvent les +35 degrés et atteignant par moments les +37 à +41 degrés. 
Comme indiqué sur la carte ci-dessus, la pulsion de chaleur subtropicale va avoir tendance à gagner une large partie de la France cette semaine. Nos régions alpines ne seront pas en reste.

A QUELLES VALEURS S'ATTENDRE ?

Déjà ce Lundi les températures maximales observées en après-midi atteindront fréquemment les +31 à +34 degrés
Ces valeurs se maintiendront une bonne partie de la semaine. Demain Mardi les +35 degrés devraient être atteints en combe de Savoie, voire dépassés dans la cuvette grenobloise. Sur ces secteurs lors du pic de chaleur attendu Jeudi ; on n'exclut pas des valeurs de l'ordre de +36 à +37 degrés.

Le coup de chaud se maintiendra jusqu'à vendredi au moins.
Dans les agglomérations à basse-altitude ( sous 400 mètres ) telles que Chambéry, Albertville et surtout Grenoble ce sont les températures nocturnes qui seront " préoccupantes " puisqu'on ne devrait pas descendre sous les +18 à +23 degrés au moins chaud de la journée. De quoi compliquer l'aération et le rafraîchissement des logements en zone urbaine.

ET EN MONTAGNE ?

La chaleur n'épargnera pas les zones montagneuses avec, comme indiqué sur la carte ci-contre, un isotherme zéro degré ( altitude où le zéro degré est atteint ) qui se maintiendra à une altitude élevée tout au long de la période. Il sera souvent compris entre 4200 et 4600 mètres d'altitude.
Ainsi, les températures attendues seront souvent comprises entre +27 et +30 degrés vers 1000 mètres et +17 à +21 degrés vers 2000 mètres.
La fonte du manteau neigeux va sensiblement s'accentuer au-dessus de 2500 mètres ( il ne reste plus grand chose en-dessous ).
Si cette situation venait à se maintenir ou se répéter tout au long de l'été, ce serait une nouvelle période estivale catastrophique pour les glaciers et dangereuse dans les secteurs soumis aux éboulements rocheux en haute-montagne.

QUEL RISQUE D'ORAGES ?

En raison d'une masse d'air extrêmement sèche, le risque d'orages semble très limité. Au moins en début de semaine. Même si quelques cumulus devraient se développer les après-midi à la faveur des brises de pente, la convection ne sera pas suffisamment profonde et importante pour permettre à des foyers orageux de se mettre en place en montagne. 
Exception faite pour la journée de mercredi où l'on surveillera une petite anomalie d'altitude, suffisante pour déstabiliser la masse d'air en cours d'après-midi.

 


Tout cela est évidemment à suivre sur notre page Facebook pour être informé en temps réel.